Dans le champ économique

« Nous vivons l’entrée dans un nouveau mode de travail : l’ère du travail contributif, où le contributeur n’est ni simplement un producteur, ni simplement un consommateur. »
Bernard Stiegler

Le constat du Laboratoire

Renouveler les organisations est trop souvent un exercice mené isolément : réforme de l’entreprise d’un côté, de l‘organisation territoriale d’un autre. Pourtant lorsque l’on regarde ce qui est en jeu dans les deux univers économique et politique, les similitudes sont manifestes : il s’agit surtout de sortir de l’accaparement du pouvoir, tant dans l’entreprise que dans la politique. Là encore il s’agit de réconcilier le salarié, le travailleur et le citoyen. Entreprise et société, professionnel et privé ne sont surement pas si disjoints que ce qui se vit majoritairement. Consommation et finance collaboratives, gouvernance horizontale, conception ouverte, fabrication distribuée… : autant d’éléments qui portent en eux des germes d’une transformation qui dépasse le seul monde de l’entreprise.

Les questions que cela pose

En quoi ces nouveaux modèles sont-ils porteurs d’un réel pouvoir d’agir qui permettrait de réconcilier travailleur et citoyen? Comment viennent-ils interroger la notion de biens communs ?
En quoi bousculent-ils l’entreprise et plus globalement le système économique ? Quel  imaginaire sociétal portent-ils ? S’agit-il seulement de considérer que la création de liens est LA richesse en tant que telle et non une retombée positive d’un projet d’entrepris