Présentation du Labo

Individus, collectifs, organisations, nombreux sont ceux qui explorent des voies nouvelles pour décider et agir. A leur manière et à leur échelle, ils participent à faire bouger la démocratie. Au travers de cette diversité, une transition est en marche. Après la démocratie directe des Grecs, la démocratie représentative des Lumières, le temps d’une démocratie sociétale, positive, ouverte?

Et si nous envisagions la démocratie tout autrement ?

Alors même que l’on parle de crise démocratique (abstention, défiance envers les élus, électorat flottant…), des voies multiples s’explorent pour revivifier le principe démocratique : une multitude d’initiatives citoyennes voit le jour (monnaies complémentaires, habitat partagé, circuits courts, consommation collaborative, etc.) dans lesquelles s’expérimente un nouveau « pouvoir d’agir ». Comment décrypter ce qui se passe aujourd’hui ? Comment penser les conditions d’une alliance entre la société, les entreprises, les pouvoirs publics et les médias pour engager une nouvelle étape de l’aventure démocratique ?

L’ambition

Partager et diffuser une image attrayante de la démocratie, développer les pratiques démocratiques à la portée de tous et dans tous les milieux pour une société qui développe le pouvoir d’agir des citoyens. Donner de l’ampleur au bouillonnement existant, à cette transition !

Une prise de hauteur pour élaborer

Beaucoup de mouvements sont aujourd’hui dans l’action et le partage d’expérience. Selon nous, pousser à l’action ne suffit pas. Construire une pensée critique, donner un sens, comprendre ce à quoi on participe sont des ressources pour l’action. Le Laboratoire doit permettre un exercice de discernement, un travail en rupture avec les pratiques courantes dans un monde où l’urgence de la décision prime sur la réflexion.

Un Laboratoire ouvert

A partir des pratiques et des envies de chacun, acteurs de terrain, citoyens intrigués, décideurs,  le Labo permet de croiser réflexions et expériences pour mieux comprendre leur potentiel de transformation et trouver des formes créatives de médiatisation pour partager au-delà des cercles de « pionniers ».
A la rentrée 2013, ça commençait avec des choses comme ça